Le Cercle des écritures de Nantes

Avis de lecture sur « Les poupées sauvages, tango » de Claire Deville

In Café littéraire, Critique littéraire, Edition on septembre 26, 2015 at 2:34

Tango Deville

  • Auteur : Claire Deville
  • Bio : Danseuse, Claire Deville écrit aussi et fut repérée lors de sa première participation au concours Libération-Apaj en 2009 avec un texte titré «Canton sous la pluie ». Elle fut lauréate de l’édition 2013 avec «Dernier tango à Bruxelles», prélude au roman Les poupées sauvages, tango.

  • Titre : Les poupées sauvages, tango
  • Genre : roman contemporain (littérature blanche)
  • Editeur/Nombre de pages/Prix : Délirium, 2014, 13€

  • Nombre de pages :  94 pages (novella)

(A noter que le livre a été généreusement offert par les éditions du Délirium à l’un des participants de nos cafés littéraires en échange d’un avis de lecture. La maison d’édition prenait le risque de recevoir une mauvaise critique, les membres du Cercle des écritures de Nantes étant libres dans leurs propos. Le résultat de cette expérience a plutôt été positif, les éditions du Délirium ont eu raison d’avoir confiance dans la qualité de leur ouvrage…).

  • Résumé : «Il est minuit, la journée commence. Le tango, c’est comme une maladie : on y tombe à cause d’une faille, et on ne peut bien s’en prendre qu’à soi-même. Une nouvelle lubie, ont dit mes amis – s’ils avaient su.» Les Poupées sauvages est une histoire triste comme un tango. Une métaphysique de l’abandon, ou comment danser pour ne pas mourir.

IMG_20150830_175206

  • Mon avis : Les poupées sauvages est un roman à l’élégance limée et colorée. Il écorche à vif.

Nul besoin de connaître le tango pour prendre le rythme du livre et en aimer le style.

L’histoire s’ouvre à minuit, comme tous les chapitres; le récit nous embarque à Buenos Aires, dans une soirée de Nora, jeune française happée par la pulsation de la tenda, droguée du tango. Chaque nuit, Nora danse jusqu’à perdre pied avec la réalité. La mécanique noctambule de sa vie est bien rodée : se préparer, rejoindre un club, voir ses amis, darder vers des danseurs, danser, attendre le dernier tango, sentir le vide, rentrer chez soi puis recommencer. Nora répète cette séquence à l’infini comme une comptine – cerclée de noir – pour se bercer et vivre.

On entre dans cette spirale avec elle, tantôt propulsé vers le ciel ou dragué vers le fond.

Antonio, son amour, l’a quittée. Cette douleur s’est ancrée dans le vide originel vaste et profond qu’elle tient en elle: c’est la solitude qui la troue. Pour se sentir entière, Nora danse.

La magie apparaît quand le partenaire danse comme il respire. Les corps dépassent leur forme et s’accordent sur une vibration. Leur tango crée un monde parallèle, une plénitude vraie, un univers en expansion. Mais la grâce ne dure pas. Elle tombe dès la chanson terminée et c’est retour au trou. .

Claire Deville dépeint avec grâce, force et humour ce monde des milongas avec ses danseurs visqueux, ses paillettes douteuses, ses joutes de tango et cette sculpture divine du mouvement.

Un livre à lire d’un trait.

  • Extrait : « Je veux des tripes et pas une succession de pas. Je veux du vrai tango – celui qui fait mal à l’âme. Je veux vivre ce moment où la danse déchire d’un coup l’enveloppe de la technique. Cette lumière là, fugace et violente, charrie des anges et des muses aux visages morbides, avec ce qui fascine et effraie tous ceux qui ne danseront jamais vraiment : la peur de perdre le contrôle. »
  • Note : 4/5 plumes

plume-avis2plume-avis2plume-avis2plume-avis2

– Sylvia

vous-avez-la-parole2

Comment envoyer son avis de lecture ? Envoyez votre mail ou votre fichier au format .doc ou .docx au cercle-des-ecritures@gmx.fr, avec ou sans illustrations, nous nous occupons de la mise en page et des images de couverture.

Autres avis de lecture :

chute-toulon-alain-lerouxLa chute de Toulon d’Alain Leroux

guide_brooksGuide de survie en territoire zombie de Max Brooks

thanatopolis-shepard la-fin-de-la-vie-lucius-shepard  La fin de la vie (pour ce que nous en savons) et Thanatopolis de Lucius Shepard

vargas-homme-envers2L’homme à l’envers, de Fred Vargas

chalandon-mon-traitre Mon traître, de Sorj Chalandon

manchette-bleu-cote-ouest Le petit bleu sur la côte Ouest, de JP Manchette

A-MICHENER-LA-SOURCELa source, de J. A. Michener

martin-page-comment-je-suis-devenu-stupide2Comment je suis devenu stupide, de Martin Page

Vieux papiers, vieilles maisonslenotre2, tome 1, de G. Lenotre

La Vallon des Parquesvallon-parques-s-forge, de Sylvain Forge

catin21La Catin habite au 21 d’Hervé Sard

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :