Le Cercle des écritures de Nantes

Réponse à Max Brooks, pour son Guide de survie en territoire zombie

In Boudoir des livres, Critique littéraire, Edition on août 22, 2015 at 7:06
  • Auteur : Max Brooksguide_brooks
  • Bio : Maximillian Michael Brooks, surnommé Max Brooks, est un écrivain et scénariste américain contemporain. Né en 1972 (il a donc 43 ans en 2015), il est le fils du réalisateur Mel Brooks et de l’actrice Anne Bancroft. Il rédige des sketches pour Saturday Night Live, une émission de divertissement, joue des rôles et prête sa voix à la télévision. Outre le Guide cité ci-dessous, il est l’auteur d’un roman sur une pandémie de zombies, World War Z, adapté au cinéma avec Brad Pitt (non, l’acteur ne joue pas le rôle d’un zombie). Il est également le scénariste d’une BD de zombies, Attaques répertoriées et joue le rôle de voix-off pour le cinéma et la télévision.

  • TitreGuide de survie en territoire zombie (il existe une version de luxe avec carte couleurs des foyers de l’épidémie zombie, liste récapitulative du matériel de survie, etc.), Livre de Poche, Paris, 2014, 344 pages, 7,10 euros.
  • Genre : littérature contemporaine, polar, roman historique, récit de voyage, biographie, fantasy, fantastique, science-fiction…
  • Résumé : ce livre prend l’existence des zombies au premier degré et donne des conseils pour éviter les zombies ou les combattre, en analysant de manière systématique toutes les situations possibles et imaginables (terrains, véhicules, armes, bâtiments…), donnant ainsi l’impression que les zombies sont véritablement partout et qu’il existe peu de moyens d’en réchapper. Très réaliste, ce « Guide » s’inscrit dans la diffusion du mode de pensée survivaliste et légèrement parano des Américains, des émissions à sensations fortes comme The Island et Seul face à la nature, des livres/films sur les zombies de ces dernières années et des Manuels de survie à la forêt, en voyage, en situations extrêmes, où les vrais dangers sont mélangés à des situations improbables (« Comment survivre à une invasion extra-terrestre ? », etc.), tout cela sur le même ton pince-sans-rire et so british 🙂
  • Mon avis :

Le Guide de survie en territoire zombie est-il un livre de propagande ? Le livre de Max Brooks donne une très mauvaise image de la cause zombie. Etant donné son succès planétaire, il fallait que la réponse vienne d’un pays qui a toujours défendu l’égalité de droit entre les hommes, que ces hommes se soient ou non transformés en zombies. Le corps d’un cadavre, zombie ou non, ne mérite-t-il pas d’être traité avec un minimum d’attention ? Or, en conseillant ses lecteurs sur les meilleures armes à utiliser pour tuer du zombie, Max Brooks manque de respect aux morts. En niant l’humanité qui est en eux, c’est la condition d’homme elle-même qui est amoindrie. C’est pourquoi nous avons décidé d’écrire une réponse à Max Brooks : non seulement pour mener un réquisitoire contre tous les mensonges, déformations et simplifications de son guide (en ce sens, on peut dire que son livre est vraiment exhaustif !), mais aussi pour défendre l’humanité contre toutes les formes d’appropriation. La condition de zombie ne diffère pas de celle de « noir », de « mexicain », de « juif » ou de « communiste ». Un cadavre en situation de résurrection n’est pas très différente d’un homme en situation de handicap. Un zombie est simplement un cadavre « hyperactif ». Il mérite aussi bien le titre de « survivant » que les êtres humains qui prétendent le défier.

Max_Brooks-portrait

Max Brooks

Prenons pour un moment le point de vue d’un zombie. Vous vous réveillez, vous avez faim et vous voyez plein de vivants bien frais s’agiter en tous sens. Vous avancez, vous saisissez, vous mordez mais jamais vous ne vous nourrissez. Il vous faut encore mordre et mordre encore. La digestion est impossible, l’estomac n’envoie plus de sucs gastriques, votre œsophage n’a plus le réflexe d’avaler, votre bouche est sèche. Pourtant, votre cerveau se souvient encore de cette fonction primordiale, mordre pour manger, alors que le reste de votre corps est en incapable. C’est un véritable supplice. Vos proies ne s’en rendent pas compte, elles ne pensent qu’à fuir au lieu de vous aider. Au fond, elles méritent d’être mordues.

Pourquoi les humains nous haïssent-ils tellement, nous, les zombies ? Nous ne faisons pas de victimes, nous donnons la vie éternelle. On accuse notre communauté de s’accroître trop rapidement ? N’est-ce pas ce qu’a fait l’homme depuis qu’il existe ? N’est-ce pas le message de la Genèse, croissez et multipliez-vous ? Le zombie applique seulement au niveau de la biologie ce que les commerciaux ont inventé au niveau économique : la vente en système pyramidale.

L’humanité n’a-t-elle jamais rêvé d’immortalité et de la résurrection de mort ? Les vivants n’ont-ils jamais espéré pouvoir revoir un jour l’un de leurs disparus ? On accuse notre laideur, notre vocabulaire limité, notre mauvaise articulation. N’est-ce pas des accusations puériles, qui s’arrêtent à la surface des choses ? Le zombie est peut-être un être égoïste, mu par des instincts primaires, il est surtout un être authentique, qui ne s’habille pas de mensonges et de fausses croyances.

Faire la paix avec l’humanité était déjà difficile. Mordre ou ne pas mordre, telle était notre dilemme. Le livre de Max Brooks rend ce problème presque insoluble. Ne devrions-nous pas publier à notre tour, un Recensement des derniers survivants, agrémenté d’une carte en couleurs et d’une liste de conseils de prudence pour les zombies qui en rencontreraient un ? Que pouvons-nous conseiller aux zombies qui auraient affaire à l’un des lecteurs avertis du Guide de survie en territoire zombie ?

worldwarz

Sorti en France en 2013

  1. Si l’humain est armé

Il est probable que le lecteur consciencieux du Guide se sera muni d’une arme, probablement une arme blanche qui ne fait pas de bruit (un arc, une machette…). Dans ce cas, comptez sur votre nombre et votre détermination. Un humain seul ne peut affronter des centaines de zombies motivés, car les vivants se fatiguent. S’ils sont plusieurs, essayez de les contourner, il y aura bien une faille ou un moment d’inattention à exploiter pour vous infiltrer parmi eux. On ne compte plus le nombre de combattants qui se sont retournés vers l’un de leurs compagnons pour lui demander par exemple : « Sam, il te reste des munitions ? » ou » Elisabeth, tu peux me dire si la sortie est dégagée ? » et s’apercevoir avec horreur que leur ami avait un bout de cervelle en moins !

  1. Si l’humain est véhiculé

Si les survivants ont choisi d’embarquer avec un véhicule, ils seront gênés par les autres carcasses de voiture, le manque d’essence et la difficulté de rouler en rase campagne. Dès lors, vous savez ce qui vous reste à faire : cachez-vous dans les véhicules abandonnés, dans les toilettes des stations-services et dans les fossés au bord des routes. S’il est parfois difficile d’attendre la faim au ventre, le jeu en vaut la chandelle. Dès qu’un groupe de survivant arrive, n’hésitez pas à sortir de votre repère et à gémir de toutes vos forces. Il y aura toujours des zombies dans les environs pour vous porter main forte. Nous formons une grande famille, souvenez-vous en.

  1. Si l’humain est caché en haut d’une tour

Marx Brooks conseille aux humains armés d’un fusil de monter dans une tour pour profiter de notre incapacité à grimper aux murs : « Dès qu’ils se seront rassemblés autour de votre position, massacrez-les tous ! ». C’est non seulement cruel mais également très injuste ! Si certains d’entre nous se sacrifient pour la cause, d’autres cherchent désespérément une issue, ils grattent les portes, cherchent une fenêtre. Par défaut, ils finiront par monter sur leurs camarades morts au combat pour se rapprocher de ces terroristes et empêcher qu’ils ne continuent leur fusillade.

  1. Si l’humain cherche à vous imiter

Enfin, il est bon de terminer ces conseils zombies par une note d’humour. Vous avez sans doute déjà remarqué, si vous avez été transformé en zombie depuis quelques semaines, que des vivants essaient parfois de nous imiter pour passer inaperçus. Ils étirent leurs bras, traînent une jambe derrière eux et râlent. C’est vraiment tordant ! Nous jouons le jeu, nous les laissons faire quelques minutes jusqu’à ce que l’un d’eux commette une erreur (car l’erreur est humaine, c’est bien connu) et perde la partie. On changera alors de rôles pour essayer d’autres jeux avec eux, comme « Le loup qui croque », « Mange-moi si tu peux » ou encore le fameux « Celui qui fuit a perdu ». Certains d’entre nous sont aussi plus susceptibles que d’autres. Pour leur rendre la pareille, ne devrions-nous pas, nous aussi, nous amuser à imiter les humains ?

Zombie-Boyfriend-humour

« Je sais que c’est un zombie, mais bon, j’ai au moins trouvé un gars qui me veux pour mon cerveau. »

Malgré notre irritation à l’encontre du Guide de survie en territoire zombie, nous devons cependant reconnaître à Max Brooks deux mérites : l’auteur a fait connaître la réalité de la menace zombie à ceux qui ne l’avaient pas encore remarquée (il est même possible que certains se soient rendus compte après la lecture de ce guide qu’ils étaient plus proches des zombies que des humains), et le Guide présente aussi une compilation de toutes les « épidémies » zombies sur la planète, preuve que l’histoire de l’humanité est intimement liée à celle des zombies.

  • Note : 4/5 plumes

plume-avis2plume-avis2plume-avis2plume-avis2

– Damien Porte-Plume Grrr !

 

vous-avez-la-parole2

Comment envoyer son avis de lecture ? Envoyez votre mail ou votre fichier au format .doc ou .docx au cercle-des-ecritures@gmx.fr, avec ou sans illustrations, nous nous occupons de la mise en page et des images de couverture.

Autres avis de lecture :

thanatopolis-shepard la-fin-de-la-vie-lucius-shepard  La fin de la vie (pour ce que nous en savons) et Thanatopolis de Lucius Shepard

vargas-homme-envers2L’homme à l’envers, de Fred Vargas

chalandon-mon-traitre Mon traître, de Sorj Chalandon

manchette-bleu-cote-ouest Le petit bleu sur la côte Ouest, de JP Manchette

A-MICHENER-LA-SOURCELa source, de J. A. Michener

martin-page-comment-je-suis-devenu-stupide2Comment je suis devenu stupide, de Martin Page

Vieux papiers, vieilles maisonslenotre2, tome 1, de G. Lenotre

La Vallon des Parquesvallon-parques-s-forge, de Sylvain Forge

catin21La Catin habite au 21 d’Hervé Sard

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :