Le lauréat 2018 du Premier roman en Vendée sera peut-être… 7/8

Le concours du Premier Roman (2e édition) a commencé l’année dernière avec 8 participants qui n’avaient encore jamais publié de roman. De septembre 2017 à juin 2018, à raison d’une fois par mois, les apprentis écrivains se sont retrouvés sur le territoire de Communauté de communes de Vie & Boulogne, au cœur de la Vendée historique, pour suivre une Masterclass de création littéraire animée par Le Cercle des écritures de Nantes. Cette année, un partenariat exceptionnel a été réalisé avec le Grand R, scène nationale de la Roche-sur-Yon.

Le jury, constitué de deux éditeurs et de bénévoles du réseau de bibliothèques, se réunira cet été pour décider du gagnant 2018. Le roman primé sera publié aux éditions Les chantuseries, partenaire du concours. Le nom du lauréat sera annoncé officiellement lors de la Fête du roman régional au mois d’avril 2019. Il.elle sera peut-être…

Fanny-Fields-autrice

1 / Quel est votre nom ?

Fanny Field.

2 / Qui êtes-vous, Fanny ?

Une auteure en devenir, une lectrice compulsive, une relectrice pour éditeurs, une habituée des ateliers d’écriture (des deux côtés du miroir – animatrice et animée), pigeon voyageur à ses heures, curieuse et passionnée

3 / Comment vous êtes-vous lancée dans ce concours ?

Sur la suggestion de mon animateur d’atelier.

4 / Parlez-nous de votre roman…

Mary Marty, Jeanne-Marie Martineau pour l’état-civil français, romancière à succès planétaire, qui vit entre le Mexique et les États-Unis, revient au Poiré-sur-Vie après 30 ans d’absence pour recueillir l’étrange legs d’Angeline, son amie d’enfance, qui vient de décéder. La défunte lui demande d’écrire un roman sur la Vendée dans lequel elle devra glisser des fragments de carnets qu’Angeline a rédigé lors de ses promenades entre Vie et Boulogne. Au nom d’un serment prêté quand elles avaient 14 ans, Mary relève le défi qui l’oblige à renouer avec un passé qu’elle voulait oublier, qui la plonge dans des péripéties dignes des romans qu’elle écrit depuis 20 ans et lui permettra au final de réconcilier, Mary et Jeanne-Marie.

5 / Quelles sont vos sources d’inspiration ? Vos auteurs phares ?

Tout ce qui est lisible dans la littérature actuelle. Par lisible j’entends des récits bien construits, qui ont du style, de l’allure, qui emportent le lecteur, le prennent aux tripes sans le lâcher. Je trouve aussi l’inspiration dans les  faits divers, la vie de mes congénères,  proches et moins proches et principalement dans une imagination fertile qui m’a souvent joué des tours.

6 / Comment vous êtes-vous organisée pour écrire ?

Mal à mon avis, mais j’ai réussi à boucler le roman à temps. Avec un métier prenant qui m’oblige parfois à me déplacer, j’ai réservé mes weekends à l’écriture. Ça veut dire, peu ou pas de sorties et trouver le temps entre le ménage et les courses. On oublie le sport… quelquefois. En semaine, c’est difficile de se remettre devant l’ordinateur, le soir  quand on y a déjà passé la journée pour cause d’activité professionnelle. Et parfois, il faut penser à dormir.

7 / Y a-t-il eu des moments difficiles ou des périodes d’euphorie ?

Beaucoup de moments difficiles avec une envie d’abandon en janvier qui a failli se matérialiser. Heureusement, il y avait les ateliers et surtout le groupe qui a été absolument formidable dans ce choix de continuer.

8 / Ecrire un roman qui se situe en Vendée, était-ce une envie de départ, une opportunité pour mieux connaître cette région ou une véritable gageure ?

Il n’y avait pas réellement d’envie au départ. Quand j’ai appris que j’étais sélectionnée, c’est devenu une véritable gageure et je ne l’ai pas regretté. Je ne connaissais de la Vendée que le Puy-du-Fou. Découvrir la communauté de communes de Vie et Boulogne a été un vrai bonheur même en plein hiver.

9 / Quels sont les lieux où se déroule votre histoire ?

Dans toutes les communes de la communauté Vie et Boulogne. Je n’ai négligé aucun endroit.

10 / Avez-vous parlé de votre projet d’écriture à des amis, à votre famille ? Qu’en pensent-ils ?

Oui, tout le monde a trouvé ça super.

11 / Avez-vous fait lire votre roman à d’autres personnes ? Quel a été leur retour ?

Oui. Il y a eu des retours mitigés et d’autres enthousiastes.

12 / Parlez-nous des rencontres d’écrivain et d’éditeur qui ont lieu au cours de l’année ?

Elles ont été très enrichissantes. Je me suis vraiment sentie très proche d’Hélène Gaudy et de ses textes pour lesquels  j’ai eu un réel coup de cœur. D’ailleurs, je les offre à mes amis, à l’occasion. Très touchée également par l’éditeur des Chantuseries et son travail de grande qualité. Très intéressée par Sylvain Pattieu qui est d’un abord très facile, qui parle de son travail sans détours, un auteur attachant. Passionnée par Bernard Martin des éditions Joca Seria qui éditent des textes qui me parlent. Même si ce n’est pas dans la question, j’ai beaucoup appris de Jean Mignet, historien local, qu’on passerait des heures à écouter.

13 / Comment se déroulent les ateliers d’écriture ? Que vous apportent-ils ?

Il y a d’abord le café en arrivant avec de la gâche, des gâteaux, pour se mettre en condition, prendre des forces pour la journée qui sera dense. On échange entre nous. On est heureux de se revoir. Puis  vient le « cours ». En fait, ce sont des conseils d’écriture que nous donne Damien selon une thématique adaptée à nos besoins, c’est presque du sur-mesure. Sa présentation est très claire et surtout émaillée d’exemples qui fixent le concept (c’est très important). Ensuite on  échange sur nos difficultés, nos besoins avec lui et les autres participants. Très interactif, on en tire toujours de grands bénéfices pour soi et pour le roman en cours. Un échange avec le groupe m’a débloquée à un moment où je devais faire prendre une décision à mon héroïne. Puis vient  le repas pris en commun qui est un grand moment de convivialité. L’après-midi, selon le programme prévu,  on assiste à des rencontres (auteurs, éditeurs, personnalités locales). Si rien n’est organisé,  on écrit dans son coin, on échange avec les anciens du concours de 2016 ou encore on peut aller se promener, ce que j’ai fait le plus souvent avec beaucoup d’enthousiasme dans mes découvertes qui servaient mon intrigue.

14 / Vous êtes-vous senti en concurrence avec les autres participants ?

Jamais. Nous étions tous heureux d’écrire ce premier roman sans esprit de compétition et c’est ce qui rend ce groupe tellement spécial.

15 / Pensez-vous les revoir après le concours ?

Bien sûr, c’est déjà prévu.

16 / Comment se sont passées les dernières semaines ? Où en êtes-vous aujourd’hui ?

J’ai fini mon roman assez tôt et ensuite, je l’ai beaucoup relu pour le retravailler.

17 / Si vous pouviez remonter le temps, recommenceriez-vous l’aventure ?

Oui mais tout à fait autrement. Ce serait bien que le concours commence en mai. J’irais me promener à vélo dans tous les endroits de mon roman, pour faire des repérages avant d’écrire vraiment, prendre des notes, m’imprégner un peu plus de l’atmosphère que je ne l’ai fait cet hiver quand les sites à visiter  sont fermés, qu’il pleut ou qu’il fait froid  et que la nuit tombe vite. Puis je profiterais des vacances d’été pour écrire, revérifier mes notes in situ et ensuite à l’automne je relirais et retravaillerais.

18 / Avez-vous un conseil à donner à un jeune auteur qui souhaite se lancer dans l’écriture de son premier roman ?

Écrire, écrire et garder le cap. Ne jamais se décourager.

19 / Pensez-vous avoir une chance d’être l’heureux lauréat du Prix Premier Roman ? Si vous n’êtes pas retenu, que va-t-il se passer ? Qu’allez-vous faire ?

Non, je ne pense pas. Mon roman est plein de défauts et pas  suffisamment « terroir » même s’il se passe sur tout le territoire. Si je ne suis pas retenue, ce qui est vraisemblable, je verrai le moment venu ce que je ferai de mon manuscrit,  en me laissant guider par mon intuition.

20 / Pour le mot de la fin, je vous propose de recopier ici le dernier mot (et juste le dernier mot) de votre roman :

Retrouveras.

– Entretien réalisé par Damien Porte-Plume.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :