Le lauréat 2018 du Premier roman en Vendée sera peut-être… 6/8

Le concours du Premier Roman (2e édition) a commencé l’année dernière avec 8 participants qui n’avaient encore jamais publié de roman. De septembre 2017 à juin 2018, à raison d’une fois par mois, les apprentis écrivains se sont retrouvés sur le territoire de Communauté de communes de Vie & Boulogne, au cœur de la Vendée historique, pour suivre une Masterclass de création littéraire animée par Le Cercle des écritures de Nantes. Cette année, un partenariat exceptionnel a été réalisé avec le Grand R, scène nationale de la Roche-sur-Yon.

Le jury, constitué de deux éditeurs et de bénévoles du réseau de bibliothèques, se réunira cet été pour décider du gagnant 2018. Le roman primé sera publié aux éditions Les chantuseries, partenaire du concours. Le nom du lauréat sera annoncé officiellement lors de la Fête du roman régional au mois d’avril 2019. Il.elle sera peut-être…

Pascale - Méditation 2014
Méditation, de Pascale Pineau, Prix du public 2015

1 / Quel est votre nom ?

Pascale Pineau.

2 / Qui êtes-vous, Pascale ?

Je vis à Angers où j’étais encore tout dernièrement chargée d’études dans une structure publique. Je suis quelqu’un de simple et discret, artiste aussi à mes heures. J’aime la convivialité et la fête mais demeure néanmoins une farouche indépendante. Ma liberté m’est nécessaire. C’est peut-être ce qui m’a menée malgré moi vers mon sujet de roman…

3 / Comment vous êtes-vous lancé dans ce concours ?

Je cherchais un stage d’écriture pour l’été et mes recherches m’ont conduite sur le site du cercle des écritures de Nantes sur lequel j’ai découvert l’existence du concours. J’ai longtemps hésité avant de candidater …

4 / Parlez-nous de votre roman…

Le roman évoque la correspondance anonyme entre une artiste peintre, revenant vivre au Poiré-sur-Vie et un détenu incarcéré à Nantes pour une longue peine. Il y a bien-sûr une énigme …

manuscrit-pascale-pineau

5 / Quelles sont vos sources d’inspiration ? Vos auteurs phares ?

J’aime les lieux publics qui grouillent de vie et où je me pose parfois quand j’ai de quoi écrire. J’aime être en retrait et observer. Les auteurs qui auraient pu m’inspirer : Anna Gavalda, Guillaume Apollinaire, Daniel Glattauer… et bien d’autres …

6 / Comment vous êtes-vous organisée pour écrire ?

J’ai d’abord rédigé un plan pour avoir une première ossature sans pouvoir encore figer la fin de l’histoire puis, au milieu du roman, je l’ai lâché pour me laisser porter par l’écriture, plus librement …

7 / Y a-t-il eu des moments difficiles ou des périodes d’euphorie ?

Le démarrage a été laborieux, je ne cessais de réécrire mes premières pages mais j’ai pris un réel plaisir au milieu du roman, quand j’ai lâché le plan. Je me suis battue avec la fin qui a été précipitée. Je ne trouvais pas une conclusion percutante et j’étais très en retard sur les autres. C’est difficile d’écrire un roman en même temps que l’on travaille.

8 / Ecrire un roman qui se situe en Vendée, était-ce une envie de départ, une opportunité pour mieux connaître cette région ou une véritable gageure ?

Un vrai défi ! Je suis d’abord allée sur le terrain prendre des photos et m’imprégner des lieux. J’ai même campé à côté. A chacune de mes visites lors des ateliers, mon regard était différent, à chaque fois plus clément. Au fil des saisons, les paysages qui défilaient sous mes yeux se sont un peu figés dans mes pages…

parc-sitelle-aizenay.jpg
Le parc des Sitelles à Aizenay

9 / Quels sont les lieux où se déroule votre histoire ?

Le Poiré-sur-Vie et Aizenay principalement mais aussi St Paul-Mont-Penit.

10 / Avez-vous parlé de votre projet d’écriture à des amis, à votre famille ? Qu’en pensent-ils ?

J’ai d’abord parlé de mon projet à un ami proche qui m’encourageait à écrire. Puis j’ai soumis mon synopsis à mon fils qui a trouvé l’idée intéressante et m’a encouragée. Je l’ai ensuite annoncé aux amis et à la famille quand le projet a été retenu, sans dévoiler l’histoire.

11 / Avez-vous fait lire votre roman à d’autres personnes ? Quel a été leur retour ?

Non, seul Damien a lu le roman ainsi que le comité de lecture. Je ne voulais être ni déstabilisée, ni influencée par les critiques de proches ou amis. Je tenais à ce que l’écriture soit la mienne et n’entendre dans un premier temps que les conseils de Damien et du comité.

12 / Parlez-nous des rencontres d’écrivain et d’éditeur qui ont lieu au cours de l’année ?

Nous avons eu la chance de rencontrer Hélène GAUDY et Sylvain PATTIEU, deux jeunes écrivains locaux ainsi que Jean MIGNET, un historien local qui a rédigé plusieurs ouvrages. Nous avons également rencontré deux éditeurs : Bernard MARTIN, des éditions Joca Seria à Nantes et Bertrand ILLEGEMS, des Chantuseries au Poiré-sur-Vie. Tous ces échanges ont été particulièrement intéressants et agréables.

13 / Comment se déroulent les ateliers d’écriture ? Que vous apportent-ils ?

Les ateliers sont très riches. Damien organise d’abord un tour de table et fait le point sur le travail et les difficultés rencontrées. Il livre ainsi de manière collective son point de vue et ses suggestions qui m’ont été précieuses. Les apports sur le scénario, l’intrigue, les personnages, les dialogues… m’ont permis de faire évoluer le roman. La qualité de l’enseignement et la convivialité du groupe m’ont aidée à me lâcher et me faire confiance. Je garderai un souvenir particulièrement touchant de ces ateliers, tant par la présence et la compétence de Damien et le soutien d’Aurore que de l’ensemble des participants.

14 / Vous êtes-vous senti en concurrence avec les autres participants ?

Non, aucunement. Nous nous sommes toujours soutenus les uns et les autres. Aucune critique n’a été émise si elle n’était pas destinée à être un plus. Une merveilleuse équipe et une belle aventure avec tous, sans exception.

15 / Pensez-vous les revoir après le concours ? Les rencontres sont déjà programmées !

16 / Comment se sont passées les dernières semaines ? Où en êtes-vous aujourd’hui ? Les dernières semaines ont été les plus terribles : j’écrivais jour et nuit, je ne trouvais pas la fin, réécrivant sans cesse sur ce que je jugeais médiocre. J’ai remis mon roman sur le fil du rasoir, le dernier jour et insatisfaite. J’aurais aimé disposer de plus de temps pour installer le scénario de fin, redresser l’énigme et rectifier les erreurs d’écriture. Je n’ai pas eu le temps de me relire sur la dernière partie.

17 / Si vous pouviez remonter le temps, recommenceriez-vous l’aventure ?

Sans aucun doute.

18 / Avez-vous un conseil à donner à un jeune auteur qui souhaite se lancer dans l’écriture de son premier roman ?

Se lancer dans l’écriture sans réfléchir parce que c’est elle qui vous porte et vous fait avancer au fil du temps.

19 / Pensez-vous avoir une chance d’être l’heureux lauréat du Prix Premier Roman ? Si vous n’êtes pas retenu, que va-t-il se passer ? Qu’allez-vous faire ?

Difficile de répondre … Tous méritent d’être retenus, les sujets et les écritures sont intéressants et touchants. Je serais surprise d’être primée parce que mon roman doit être revisité et corrigé. Mais je le réécrirai pour renforcer l’énigme et améliorer l’ensemble. Je suis déjà heureuse d’être arrivée jusque là ! Et puis, l’envie d’un second roman est déjà dans ma tête, j’ai déjà quelques idées qui se dessinent …

20 / Pour le mot de la fin, je vous propose de recopier ici le dernier mot (et juste le dernier mot) de votre roman :

Nouvelles.

Pascale

– Entretien réalisé par Damien Porte-Plume

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :