Le Cercle des écritures de Nantes

Comment j’ai sauvé un livre

In Edition, Uncategorized on juillet 24, 2017 at 11:51
livre-sauve

Chronique des Temps obscurs, de Michelle Paver

Je vous raconte. Je traînais à Pornic, dans un bar derrière le château, je venais de boire un coup mais j’étais sobre. C’est important pour la suite. De toute façon, on ne se saoule pas avec un jus de tomates.

Il était plus de dix-sept heures, peut-être dix-neuf heures, on ne sait jamais l’été. Bref, c’était la fin de journée. Je m’apprêtais à repartir quand je vis des gens feuilleter un livre sur un muret de pierre, puis repartir. La même scène se répéta deux fois, trois fois. Tout le monde regardait, tout le monde touchait, mais personne ne prenait. La nuit commençait à tomber et mon verre était fini. J’avais le choix entre recommander une nouvelle mini-bouteille de jus de tomates et lever mes fesses mon inspecter ce livre à mon tour. Je n’ai pas hésité longtemps.

Le livre était bien grand, bien dodu, c’était un livre de fantasy. Avec une jolie couverture jeunesse. Dommage, l’auteur m’était inconnu. En plus, c’était un tome 4. Pas étonnant que les gens soient repartis sans lui.

livre-sauve2.jpg

C’était quand même fâcheux. Il faisait de plus en plus sombre, les passants devenaient plus rares et de méchants nuages s’accumulaient au-dessus du château. Le livre était un peu gondolé, comme s’il avait déjà reçu un peu d’eau de pluie. Depuis combien de temps était-il là ?

Je regardai à l’intérieur. Il y avait un prix écrit au crayon. Huit euros. Cet indice me suffisait pour reconstituer la scène. Un brocanteur, appelons-le Joe, était venu sur la place, profitant de l’été pour vendre ses livres aux touristes. Cela faisait déjà des mois, voire des années, qu’il se promenait avec celui-là. Il ne se rappelait plus trop comment il se l’était procuré. Il faisait partie d’un lot, d’un don ou d’un invendu, peu importe. C’était un tome 4 d’une série peu connue (en tout moins qu’Harry Potter !). C’était un gros livre, en plus, qui prenait de la place dans sa camionnette. Et personne ne lui avait jamais demandé son prix, personne n’avait essayé de marchander, non personne. C’était dommage, parce qu’il était en bon état. Il prend toujours soin de ses livres, Joe. C’est son gagne-pain, les livres, mais avec celui-là, il ne gagnait rien.

livre-sauve3

J’imagine la suite. On arrive en fin de journée. Il y a toujours ce livre qui le tracasse. Il voudrait s’en débarrasser, mais il ne peut pas le jeter. Il avait déjà essayé de le brader, il était descendu avec -50%, il avait même proposé de l’offrir en cadeau pour 2 livres achetés, mais non. Non merci, non monsieur, mais toujours non. Pour un peu, ce livre, il lui porterait la poisse. « Les Chroniques du Temps obscur », sous-titré « Le banni », c’est un signe, non ? Et sur la couverture, ce gamin à l’œil mauvais , le symbole noir sur son torse, le vieillard qui le maudit… Et ce nom d’auteur, Paver, ça ne sonne pas français, ça n’est pas très catholique. Et s’il n’existe pas d’autre tomes ? Si le tome 4 était un piège ? Il commence à en avoir peur, Joe. Les premières gouttes lui tombent sur le nez. Il est temps qu’il rentre chez lui.

Les caisses sont rangées, il ne reste plus que lui. Ce maudit bouquin. Il ne peut pas le jeter dans l’eau du port, il flotterait encore. Il ne peut pas le brûler non plus, il n’y a pas de barbecue de prévu.  Il ne peut pas non plus le garder. Il n’y a plus de place à la maison, de toute façon. Alors il va l’abandonner, le remettre au bon Dieu. Quelqu’un se dévouera sûrement pour lui éviter l’orage, mais après ? On l’amènera peut-être à une bibliothèque publique, où s’accumulent d’autres livres en attente de lecteurs. Sa couverture n’est pas laide, quelqu’un finira bien par l’adopter. Adopte-un-livre.fr. Joe, il rigole en pensant à ça. Il dépose le livre sur le muret et démarre la camionnette. Retour à Nantes. Il en rigole encore. Adopte un livre.

J’ai adopté ce livre. Je lui ai accordé une place de choix dans ma bibliothèque. Je l’époussette chaque matin. Je dois dire qu’il se porte bien. J’ai même l’impression qu’il compte quelques pages de plus depuis son arrivée. J’ai commencé à le lire, mais je ne comprenais pas tout, alors j’ai arrêté. Il faudrait que je reprenne depuis le début, et pour ça, que je me procure les trois autres tomes, que je regroupe la famille…

Je reviens souvent à Pornic. Je longe le muret de pierre, derrière le château. Je cherche du regard les nuages lourds qui annoncent la pluie. Les camionnettes passent sans s’arrêter. J’attends Joe. J’espère qu’il me laissera un jour un autre livre. Un tome premier. Ce serait un autre miracle.

– Damien Porte-Plume

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :