Le Cercle des écritures de Nantes

Le lauréat du Prix du Premier Roman 2016 du Pays de Palluau sera peut-être…

In Atelier d'écriture, Concours, Edition on juin 26, 2016 at 2:55

interviewerNeuvième entretien dans le cadre du concours Premier Roman 2016 du Pays de Palluau. Dix apprentis écrivains, de tout âge et de toute profession, ont été sélectionnés d’après leur synopsis et un extrait, pour pouvoir apprécier leur écriture. De septembre 2015 à mai 2016, ils se sont retrouvés, à raison d’une fois par mois, dans un atelier d’écriture animé par Le Cercle des écritures de Nantes. Ils ont pu rencontrer des auteurs, recevoir le témoignage de personnalités locales et visiter des lieux insolites dans les neuf communes du Pays de Palluau. Mise à part cette condition, situer son histoire dans cette partie de la Vendée, la Communauté de communes et le Réseau de bibliothèques, organisateurs du concours, étaient ouverts à tous les genres littéraires. On trouvera donc, à côté des romans de terroir, de la littérature blanche, sentimentale, policière, fantastique… Neuf mois plus tard,  le temps d’une naissance, un des auteurs sera publié par les éditions Le Jarosset, partenaires du concours, avec une diffusion du roman au niveau régional. La délibération aura lieu en juin 2016. Et le gagnant sera peut-être…

1 / Quel est votre nom ?

Mon pseudo est Arnaud Porte-Plume. Je ne peux pas divulguer mon vrai nom à cause de mon activité professionnelle.

homme-mystere2 / Qui êtes-vous, Arnaud Porte-Plume ?

Je suis un jeune quadra, amateur de jazz avec une vie professionnelle bien remplie.

3 / Comment vous êtes-vous lancé dans ce concours ?

Par hasard, on m’a proposé d’y participer, j’avais envie de tenter l’écriture d’un roman alors je me suis lancé.

4 / Parlez-nous de votre premier roman…

C’est l’histoire d’un jeune entrepreneur installé à Palluau qui va progressivement découvrir qu’il a été manipulé depuis son adolescence par une société secrète franc-maçonnique très implantée dans la région. Sa vie va basculer, se transformer en enfer, et il va petit à petit dérouler la pelote.napoléon

5 / Quelles sont vos sources d’inspiration ? Vos modèles ?

Ma vie professionnelle m’a inspiré le thème central de l’entrepreneur qui développe un projet. La région de Palluau m’a donné une idée de projet à développer, c’est à dire les problèmes liés au frelon asiatique et la recherche de solutions pour lutter contre ce fléau. Enfin, l’histoire locale est très imprégnée de Napoléon, qui a créé La Roche sur Yon, ce qui m’a donné l’idée d’une société secrète franc-maçonnique. Ce sont les principales composantes du livre. Les personnages sont directement issus de mon imagination.

6 / Comment vous êtes-vous organisés pour écrire ?

Difficilement, j’ai rapidement compris que la rédaction d’un livre nécessite du temps, de la rigueur, de l’organisation. Les ateliers réalisés par Damien Porte-Plume m’ont beaucoup aidé à structurer l’ouvrage. Les différents relecteurs ont été indispensables pour corriger l’œuvre. J’y ai consacré une bonne partie de mon temps libre pendant 6 mois, disons.

7 / Y a-t-il eu des moments difficiles ou des périodes d’euphorie ?

Il y a eu une période de creux, au milieu de l’écriture du livre, vers janvier-février, quand les premiers échanges avec mon tuteur m’ont fait comprendre l’ampleur du travail à fournir pour faire une œuvre de qualité.

8 / Ecrire un roman qui se situe en Vendée, était-ce une envie de départ, une opportunité pour mieux connaître cette région ou une véritable gageure ?

Une véritable gageure, j’avais envie d’écrire un Pollar/Thriller, j’ai eu des difficultés à trouver un thème qui soit adapté à la région, au style de livre que je souhaitais écrire. Ensuite il m’a fallu découvrir la région pour l’insérer dans mon roman, lui donner de la substance.

9 / Quels sont les lieux où se déroule votre histoire ?

Palluau, La Chapelle de St Etienne du Mont, Claranne’s Pantry, Apremont et son château, Aizenay.

Une épicerie anglaise à Saint-Paul-Mont-Pénit

10 / Avez-vous parlé de votre projet d’écriture à des amis, à votre famille ? Qu’en pensent-ils ?

J’en ai parlé à ma fille qui a trouvé ça intéressant, elle m’a encouragé à poursuivre.

11 / Vous pouviez demander un premier avis au comité de lecture, constitués de lecteurs bénévoles de la bibliothèque de Palluau. Avez-vous eu un premier retour de leur part ?

Non, j’ai rendu mon premier jet trop tard.

12 / Parlez-nous de votre tuteur écrivain ?

Il s’agit de Jean-Marc Ligny, nous avons un peu échangé au début mais assez peu en fin de compte. C’est un écrivain de science-fiction renommé.

 

JMLigny

Jean-Marc Ligny

13 / Comment se déroulent les ateliers d’écriture ? Que vous apportent-ils ?

Ces ateliers sont de bonne qualité, ils permettent d’approfondir différents sujets directement exploitables pour le projet. Les personnages, la trame, le style, tout y est étudié. Ces ateliers permettent des échanges riches.

14 / Vous êtes-vous senti en concurrence avec les autres participants ?

Non, les projets sont très différents d’un auteur à un autre, le jury s’est prononcé sur un projet.

15 / Pensez-vous les revoir après le concours ?

Oui, je l’espère, nous avons passé de bon moment, l’ambiance autour de la table était généralement très sympathique, conviviale.

16 / Comment se sont passées les dernières semaines ? Où en êtes-vous aujourd’hui ?

Les dernière semaines m’ont permis de prendre du recul, de faire une première évaluation à froid des travaux réalisés. J’attends encore quelques retours pour avoir une vision convenable du travail fourni. J’espère dégager des points d’amélioration pour progresser, pour devenir écrivain un jour.

franc-macon

17 / Si vous pouviez remonter le temps, recommenceriez-vous l’aventure ?

Oui sans hésiter, c’était une aventure humaine très enrichissante.

18 / Avez-vous un conseil à donner à un jeune auteur qui souhaite se lancer dans l’écriture de son premier roman ?

La clé, c’est la relecture, il faut des relecteurs de qualité pour vous orienter convenablement, corriger les erreurs dès qu’elles apparaissent. L’apprentissage se fait grâce aux regards de professionnels pointus. Sans cela, il est très difficile de se situer d’un point de vue qualitatif.

clé

19 / Pensez-vous avoir une chance d’être l’heureux lauréat du Prix Premier Roman ? Si vous n’êtes pas retenu, que va-t-il se passer ? Qu’allez-vous faire ?

Non, je ne serai pas retenu, j’estime que la qualité de mon travail n’est pas suffisante pour cela, j’ai encore pas mal de progrès à faire. Par ailleurs, le thème que j’ai choisi ne correspond pas aux romans de terroir. Si j’avais voulu remporter ce prix, j’aurais commencé par écrire un roman plus adapté à la région. Au lieu de cela, je me suis contenté d’essayer de calquer le décor sur un thème pas forcément adapté au sujet. En fonction des retours d’évaluation, je poursuivrai ou j’arrêterai. L’idée pour moi est de valider une « capacité à devenir écrivain », à être publiable. S’il semble évident que cela est inaccessible, alors je m’arrêterai là.

20 / Pour le mot de la fin, je vous propose de recopier ici le dernier mot de votre roman :

« histoire ».

– Entretien réalisé par Damien Porte-Plume

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :