Le Cercle des écritures de Nantes

Le lauréat du Prix du Premier Roman 2016 du Pays de Palluau sera peut-être…

In Atelier d'écriture, Concours, Edition, Le Cercle Nantais, Uncategorized on mai 27, 2016 at 11:29

interviewerDeuxième entretien d’une série d’articles consacrée au 10 jeunes auteurs participant au Prix du Premier Roman 2016 du Pays de Palluau.

Ces apprentis écrivains, de tout âge et de toute profession, ont été sélectionnés d’après leur synopsis et un extrait, pour voir apprécier leur écriture. Christine, Michelle, Emilie, Carole et Jim vivent dans le secteur de Palluau, Laure, Eliane, Arnaud et Philippe descendent en voiture depuis Nantes, Gaëlle habite la région parisienne et prend le train.

De septembre 2015 à mai 2016, ils se sont retrouvés, à raison d’une fois par mois, dans un atelier d’écriture animé par Le Cercle des écritures de Nantes. Ils ont pu rencontrer des auteurs, recevoir le témoignage de personnalités locales et visiter des lieux insolites dans les neuf communes du Pays de Palluau. Mise à part cette condition, situer son histoire dans cette partie de la Vendée, la Communauté de communes et le Réseau de bibliothèques, organisateurs du concours, étaient ouverts à tous les genres littéraires. On trouvera donc, à côté des romans de terroir, de la littérature blanche, sentimentale, policière, fantastique…

Neuf mois plus tard,  le temps d’une naissance, un des auteurs sera publié par les éditions Le Jarosset, partenaires du concours, avec une diffusion du roman au niveau régional. La délibération aura lieu en juin 2016. Et le gagnant sera peut-être…

Musseau Emilie ecrivain1 / Quel est votre nom d’auteur (vrai nom ou pseudo) ?

Emilie Musseau.

2 / Qui êtes-vous, Emilie ?

Une jeune femme aimant écrire de la poésie, des nouvelles. Bref, l’écriture est une passion tout en étant pour moi une thérapie. A 35 ans passés, je ne suis pas aussi confiante que je ne devrais l’être. Je me cherche et sans relâche j’aspire à une réussite quelconque pour me sentir exister. Je veux faire partager ma passion et laisser couler les émotions.

3 / Comment vous êtes-vous lancé dans ce concours ?

Par le biais du concours « Contes en Pays de Palluau » en 2014 où une de mes nouvelles intitulée « Milisen » a été publié.

4 / Parlez-nous de votre premier roman…contes-palluau2

C’est un véritable challenge pour moi. Cela m’a permis de m’exprimer et de découvrir le réel milieu de l’écriture. J’ai toujours aimé écrire, j’ai débuté par de la poésie. Des poèmes par centaines, j’ai su en faire pleuvoir des mots puis des phrases. C’est ainsi que ce sont enchaînées des histoires.

5 / Quelles sont vos sources d’inspiration ? Vos modèles ?

Mes sources d’inspiration : moi-même ! J’ai simplement eu envie d’y mettre un peu de moi, de parler de choses qui me tiennent à cœur.

6 / Comment vous êtes-vous organisés pour écrire ?

J’écris pendant mes temps libres. Les soirs et week-ends.

7 / Y a-t-il eu des moments difficiles ou des périodes d’euphorie ?

Les deux. J’ai eu des moments de doutes tout comme des instants de félicité. C’est une véritable excitation volontaire. J’aime créer et faire voguer mon imagination à l’infini.

8 / Ecrire un roman qui se situe en Vendée, était-ce une envie de départ, une opportunité pour mieux connaître cette région ou une véritable gageure ?

pomme-de-terre-coeurC’est une vraie gageure. Connaissant les lieux surtout la Vendée j’ai pu aborder des thèmes régionaux. J’ai essayé d’y inclure des faits de sociétés et puis parler du milieu agricole également.

9 / Quels sont les lieux où se déroule votre histoire ?

Les lieux sont le canton de Palluau, notamment la Chapelle Palluau et Palluau.

10 / Avez-vous parlé de votre projet d’écriture à des amis, à votre famille ? Qu’en pensent-ils ?

Oui, bien-sûr et je les sens fiers et ils m’encouragent. Mais n’étant pas de fervents lecteurs, je n’ai  pas osé leur faire lire mon roman. Je le garde pour moi. C’est surtout  la peur et la gêne qui m’habite.  Puis je me questionne, peuvent-ils être objectifs ?

11 / Vous pouviez demander un premier avis au comité de lecture, constitués de lecteurs bénévoles de la bibliothèque de Palluau. Avez-vous eu un premier retour de leur part ?

Oui, j’ai eu un retour où j’ai dû apporter des modifications notamment pour le titre de mon roman. C’est un premier échantillon de lecteurs, et les avis qui en découlent sont à la fois sources  de crainte et jouissifs pour moi.

12 / Parlez-nous de votre tuteur écrivain ?Eveline-Thomer-Mystere-en-Vendee

Eveline Thomer. Elle est tout bonnement géniale et très à l’écoute. Elle me conseille et m’encourage beaucoup. J’en ai tellement besoin, moi qui doute de tout et qui manque de confiance en moi.

13 / Comment se déroulent les ateliers d’écriture ? Que vous apportent-ils ?

Les ateliers d’écriture sont un tremplin vers un cheminement nécessaire à notre projet. Ils nous servent, permettent de se remettre en question, de s’améliorer.

14 / Vous êtes-vous senti en concurrence avec les autres participants ?

Non, pas un seul instant. Il y a beaucoup d’entraide et d’encouragement.

15 / Pensez-vous les revoir après le concours ?

J’espère bien.

16 / Comment se sont passées les dernières semaines ? Où en êtes-vous aujourd’hui ?

Dernières semaines très stressantes, ponctuées de doute et d’interrogation.

17 / Si vous pouviez remonter le temps, recommenceriez-vous l’aventure ?

Bien-sûr plutôt deux fois qu’une !

18 / Avez-vous un conseil à donner à un jeune auteur qui souhaite se lancer dans l’écriture de son premier roman ?

Allez-y, foncez ! On a qu’une vie et il est si bon et beau d’accomplir ce que l’on aime faire.

roman-rose

19 / Pensez-vous avoir une chance d’être l’heureux lauréat du Prix Premier Roman ? Si vous n’êtes pas retenu, que va-t-il se passer ? Qu’allez-vous faire ?

Je ne pense pas être gagnante. Je n’ai pas encore assez d’expérience et il me faudrait posséder plus de  hargne pour être une championne.  Mais ma passion et ma volonté me permettent de croire que mon roman peut avoir une finalité. C’est une partie de moi. J’y ai pris plaisir. Je me suis beaucoup investi. Puis il faut croire en la chance. Parce que c’est une chance qu’il m’ait été offert cette expérience, alors même perdante je suis gagnante.

20 / Pour le mot de la fin, je vous propose de recopier ici le dernier mot de votre roman :

Mains.

 

– Entretien réalisé par Damien Porte-Plume

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :