Le Cercle des écritures de Nantes

Les auteurs français sont-ils mauvais ?

In Edition, Livres numériques on août 21, 2013 at 4:01

C’est la question que pose un article du Nouvel observateur au regard des derniers classements des ventes de romans dans l’hexagone. En effet, à part Guillaume Musso, le chouchou des lectrices, les têtes de liste viennent des polars qui viennent du froid (Suède, Irlande…), devant les Anglo-Saxons. La moitié des romans noirs et des policiers publiés en France seraient d’origine étrangère. A qui la faute ? Aux auteurs étrangers (plus nombreux),  aux éditeurs (beaucoup d’éditeurs se contentent de traduire les best-sellers étrangers), aux lecteurs (envie de dépaysement), aux critiques littéraires (le Nouvel Obs conseille 7 auteurs étrangers sur 8 livres) ? D’autres accusent les auteurs français de ne pas être assez bons, assez innovants, assez sexy. Ils imiteraient les auteurs anglo-saxons plutôt que de créer la différence, ils aborderaient des thèmes éculés, « franco-français », et cacheraient leur manque d’idées par un style ampoulé, maniéré, élitiste. Bref, le roman français serait en crise.

Lecteur

Ancien lecteur

Rappelons que ce débat ne date pas d’hier puisqu’on le retrouve dans les gazettes des années 1910 (voir Michel Raimond, La crise du roman : des lendemains du Naturalisme aux années vingt, ed. José Corti, 1966). D’où vient cette impression de confusion et de dégradation du roman chez nos contemporains ? Du nombre sans cesse croissant d’auteurs traduits en français ? Du manque de jeunes talents ? Les faits le démentent. Si le nombre de nouveaux romans publiés est en effet en diminution depuis 2012 (555 romans publiés à la rentrée de septembre-octobre 2013, soit 14% de moins que 2012), il y a paradoxalement plus de nouveaux romans (89 romans en 2013 contre 69 l’année dernière).

Lecteur DVD

Nouveau lecteur

A défaut de crise du roman, nous avons la crise économique. La diminution du pouvoir d’achat ou l’augmentation de la précarité détourneraient-ils les Français de la lecture ? Il faudrait vérifier si le nombre de livres d’occasion et celui des emprunts  en bibliothèque n’ont pas augmenté… Peut-être est-ce un sage retournement de situation, après une période de surproduction ? Ce serait sans compter l’augmentation des titres en auto-édition via le livre numérique…

Mettons tout le monde d’accord, le paysage littéraire est en pleine mutation. Décadence ou transformation, seul demain nous dira si les bandeaux « prix des lecteurs » et « coup de cœur du libraire » resteront accrochés sur certains romans français. Alors, résistons, mes amis ! Lisez et partagez vos avis sur les romans français et francophones ! Kykeliky ! *

* Cocorico en norvégien…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :