Le Cercle des écritures de Nantes

Débat le 11 nov. 2012 : « Ces écrivains augmentés : l’écriture à l’heure du numérique »

In Agenda, Café littéraire, Edition, Partenaire, Rencontres on octobre 31, 2012 at 6:56

Les Utopiales, le festival international de science-fiction, se déroulent du 7 au 11 novembre 2012. Cette année, le thème choisi est « Origine(s) ». On y rencontrera de nombreux auteurs de SF, au sens large d’anticipation, fantastique, heroic fantasy…

Dimanche 11 novembre se tient une conférence qui pourrait intéresser les écrivains amateurs et les passionnés de littérature :

UTOPIALES – CITE DES CONGRES

10h30 / Bar de Mme Spock

Ces écrivains augmentés : l’écriture à l’heure du numérique

Avec les réseaux et la révolution numérique, ce n’est pas simplement le livre, mais les écrivains eux-mêmes qui semblent « augmentés ». Leur manière de travailler, leurs recherches préalables, leur relation avec leurs lecteurs et leurs éditeurs, toujours connectés, semblent profondément changer. Mais, est-ce, pour autant, plus facile d’être écrivain ? Où est passée la solitude nécessaire à la création ?

Avec : Ayerdhal, D. Calvo, L. Davoust, G. Panchard
Modération : É. Barrillier

Cité des Congrès

5 rue de Valmy

44000 Nantes

5 Rue de Valmy, 44000 Nantes

Publicités
  1. Débat très intéressant. Il en ressort que les écrivains d’aujourd’hui ne sont plus des Chateaubriant qui s’enferment dans leur château pour écrire, ils échangent régulièrement avec leur éditeur, leurs correcteurs, leurs lecteurs, même si tous les écrivains n’utilisent n’étaient pas d’accord sur l’utilisation des blogs et de facebook pour communiquer.

    Concernant l’édition numérique, Ayerdhal a fait l’expérience suivante : en éditant son livre en téléchargement sur Amazon, il s’est aperçu que son livre était perdu parmi tous les livres en auto-édition et qu’il ne se vendait pas ; il a commencé à communiquer sur son livre, et plus il mettait de budget publicité, plus son livre se vendait (il est passé de 10 ventes en 3 mois à 100 ventes sur 2 semaines si ma mémoire est bonne). Il a arrêté l’expérience car le marché du livre en téléchargement n’est pas extensible à l’infini, mais cela a amené à un débat intéressant sur la surproduction littéraire et l’importance croissante du budget com.

    En effet, plus les livres en vente sont nombreux (et l’autoédition ajoute au phénomène), moins il y a de sélection, moins les lecteurs vont se fier aux éditeurs et plus ils seront sensibles à d’autres modes de promotion (blogs, facebook, articles de presse, émissions radio et tv, publicité, « bestseller » présentés en tête de gondole dans les librairies…).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :