Le Cercle des écritures de Nantes

Se poser les bonnes questions 6/12 : la question du style

In Conseils d'écriture on septembre 11, 2011 at 9:13

Adopterais-je une écriture journalistique ou un style plus fleuri ? L’écriture journalistique est la plus répandue. Elle fait usage des noms et des verbes mais réduit autant que possible celui des adjectifs. Elle s’en tient à une description extérieure des personnages et des événements. On n’entend personne penser, on ne sait pas ce que les gens ressentent. Cette forme d’écriture fera de votre livre un bon scénario pour un film.

Ce que nous entendons par « un style plus fleuri », ce n’est pas nécesairement une écriture poétique. C’est simplement une écriture travaillée, c’est l’usage de figures de rhétorique ou d’un phrasé particulier.

Le style procède de la manière dont vous utilisez les dialogues et les descriptions. Si le style est la forme de votre récit, l’histoire en est le fond. Or, il est essentiel d’allier la forme au fond : raccourcir les phrases pour donner plus de rythme dans une action, décrire un paysage avec des élans lyriques si deux amoureux se rencontrent, écrire de manière de manière sèche et rapide si l’on veut accentuer les dialogues, décrire en détails les lieux et les personnages si l’on veut donner à son récit un tour réaliste, etc.

Un exemple : le style cyberpunk

Dans les histoires de cyberpunk (W. Gibson, W. Jon Williams, M. Dantec, etc.), par exemple, le narrateur utilise un argot, mélange de mots scientifiques et d’images punk. La structure des phrases est déchirée. Il n’y a pas toujours de verbes. Les phrases sont courtes. Le rythme saccadé. Les flashbacks sont nombreux et les histoires s’entremêlent, si bien que ces procédés cisaillent et parasitent le déroulement linéaire d’un chapitre. Ce n’est pas un hasard. Ce style particulier donne à voir une société déstructurée, où il n’y a plus de repères, où les événements ne s’enchaînent pas naturellement vers une fin toute prévisible. Le lecteur perd ses repères et se rattache aux seules choses que lui présente le narrateur : la recherche obstinée d’une drogue, d’argent ou de la dernière prothèse cyber…

Adapter son style à l’histoire que l’on raconte, c’est ce qui différencie la littérature d’un scénario ou d’une biographie. C’est cette différence qui fait la valeur de la littérature et qui la définit.

C’est en forgeant…

Vous ne savez pas comment vous y prendre ? Commencez par regarder la manière dont les auteurs que vous aimez écrivent : comment amènent-ils leur histoire, quelle part donnent-ils à aux dialogues et aux descriptions, comment construisent-ils leurs paragraphes, etc. ? Essayez de les imiter; enrichissez votre vocabulaire avec des synonymes ; amusez-vous avec les les figures de style, les tropes et la rhétorique ; entraînez-vous à écrire avec un journal intime, en écrivant une lettre ou en essayant de décrire un rêve, une image, une photographie, un objet, un visage, une sensation ou une émotion. Stephen King, par exemple, expliquait qu’il écrivait régulièrement pour développer son style, même quand il n’écrivait pas de roman.

Photo by Kevin Winter/Getty Images

Stephen King

N’oubliez pas de vous relire et vous corriger. C’est essentiel si vous voulez vous améliorer. N’hésitez pas à supprimer des phrases ou des paragraphes, et si vous n’êtes pas satisfait, recommencez depuis le début.

Imiter, répéter et corriger : l’écriture est un travail artisanal. L’inspiration des muses est un mythe. A croire que les poètes d’antan, comme les alchimistes, préféraient garder leurs secrets…

Donner une voix à vos personnages

Les dialogues ne peuvent pas être pensés indépendamment des personnages. Donnez-leur une personnalité, mais surtout, donnez-leur une voix. Imaginez leur voix, le ton, le volume sonore, le débit de paroles, même si vous ne l’écrivez pas. Le lecteur doit pouvoir le deviner en vous lisant. Donnez des voix à vos personnages vous permet de les différencier. Le vocabulaire que les personnages utiliseront découlera naturellement de cette « voix ».

Par convention, les dialogues suivent les règles classiques de l’orthographe, sauf si vous voulez retranscrire un argot, mais utilisez-le avec parcimonie parce que cela gêne souvent la lecture. La grammaire, par contre, subit toutes sortes de transgressions : des phrases qui commencent et ne finissent pas, des phrases sans sujet ou sans verbe, etc. Faites cet exercice : enregistrez quelqu’un et essayer de retranscrire exactement la façon dont il parle. Vous serez étonnés…

Donner une couleur à vos descriptions

Les descriptions, quand à elles, sont souvent le maillon faible. La plupart des auteurs délaissent les descriptions, parce qu’elles ralentissent l’action et ne se lisent pas aussi facilement que le dialogue. Seulement, l’écriture doit parfois s’éloigner du mode du discours pour donner des informations essentielles au lecteur, sur les lieux, les personnages, les objets utilisés, etc. Qui ? Quand ? Quoi ? Où ? Et comment ?

C’est même là où votre style peut s’exprimer le plus clairement. Cela ne veut pas dire que vous devez écrire de longues descriptions, mais choisir vos mots pour mettre en avant les traits les plus pertinents de vos personnages, créer une atmosphère, ajouter d’une suspense… Pensez aussi à décrire les sensations, pas seulement visuelles et auditives, mais aussi tactiles, olfactives…

Utilisez la sonorité des mots et des noms, les objets du décor et tout ce que vous voulez pour donner un ton, une profondeur, une couleur, une musique particulière à une scène. Si l’histoire commence au Maroc, par exemple, décrivez l’éblouissement du soleil, la chaleur étouffante, mais aussi la sensation d’écrasement, le poids de l’air chaud, la transpiration sur la peau, etc.

Donnez à votre récit une ambiance particulière même si (et surtout quand) votre héros est une grosse brute analphabète. R. E. Howard n’écrivait pas comme un barbare… 🙂

R. E. Howard, Conan

R. E. Howard, Conan


En savoir plus sur les descriptions.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :